Harcèlement de rue : une nouvelle campagne de sensibilisation aux USA

Pondu par Sophie-Pierre Pernaut
PreviousNext

Mon corps n'est pas une propriété publique

Vous voyez quelqu'un faire du rentre-dedans à une fille assise deux rangs plus loin. Elle a l'air mal à l'aise. Mais personne ne fait rien pour l'aider. Vous détournez les yeux aussi ?

Votre ami vient juste de crier « pédés » à deux hommes se tenant la main dans la rue. Ils l'ont ignoré. Vous aussi ?

Hey sexy, hey chérie. Eh mignonne, mmm, regarde toi, regarde ces jambes. Hey, t'es un homme ou une femme ?
T'es gay ? Je peux avoir un sourire ? Comment tu t'appelles ? T'as un copain ? Où tu vas ? Viens là. T'es moche
de toute façon. Ceci est du harcèlement de rue.

« T'es sérieux là ? » est un moyen de montrer que vous n'êtes pas d'accord avec le harcèlement de rue quand
vous y assistez.

Votre ami vient de dire « Oooh, elle a un gros cul » à une femme qui passait. Elle l'a ignoré. Et vous ?

« Hey sexy » n'est pas un compliment. Les commentaires non désirés sont du harcèlement de rue. Ne vous
contentez pas de continuer à marcher. Faites-vous entendre.

Si ton patron te dit « Hey sexy, t'es belle aujourd'hui » au travail, c'est un problème. Et si un inconnu te le dit dans
la rue ? Siffler, fixer et suivre quelqu'un, c'est du harcèlement de rue. Commençons à nommer les choses comme
elles sont.

« Hey sexy hey baby » — C'est du harcèlement de rue — « T'es belle hum regarde-toi regarde ces jambes » —
C'est du harcèlement de rue — « Eh t'es un homme ou une femme ? T'es gouine ? » — C'est du harcèlement de
rue — « Je peux avoir un sourire tu t'appelles comment t'as un copain où tu vas viens laisse-moi t'approcher oh
t'es moche de toute façon » — C'est du harcèlement de rue

Dans un monde parfait, qu'est-ce que votre soeur/fille/copine devrait entendre quand elle marche vers le métro ?
« Hey sexy » / « Je peux avoir un sourire ? » / « Quoi, t'es lesbienne ? » / « Bonjour ! »

« Joli c** » n'est pas un compliment.

En avril 2014, la campagne anti-harcèlement de Hollaback est de retour à Philadelphie !

Edit du 2 avril 2014 :

Après le succès de sa campagne de 2013 − plus de 136 000 reblogs sur Tumblr − l'association Hollaback! est de retour dans les transports de Philadelphie ! Les publicités reprennent les idées de l'année dernière, mais avec plus d'affiches et une diffusion plus large.

Comme en 2013, la campagne combat le harcèlement de rue des femmes et des LGBT. Le but est toujours de sensibiliser le public, pour rendre le harcèlement inacceptable aux yeux de tous. Les micro-agressions quotidiennes ne sont pas un « fait inévitable de la vie », elles peuvent être combattues !

Les publicités seront affichées dans le métro, dans les stations et aux arrêts de bus. Une pub radio est même prévue pour compléter la campagne. Hollaback!PHILLY (Philadelphie) est un projet de Feminist Public Works.

Article publié initialement le 11 avril 2013 :

À Philadelphie, le collectif Hollaback ! qui combat le harcèlement de rue a décidé de lutter en créant des affiches spécialement conçues pour le métro. Des visuels avec des textes simples et définitivement pertinents pour que les femmes et les personnes LGBT ne se sentent plus en danger dans les lieux publics. Le but étant de montrer le harcèlement de rue à ceux qui n'en ont pas conscience pour mieux le combattre.

Les messages sur les affiches sont clairs et les harcelé-e-s comme les harceleu-r-se-s peuvent mettre un mot sur ce qu'ils/elles font ou subissent. Ceux et celles qui harcèlent sont par ailleurs amené-e-s à imaginer qu'une autre personne ferait ce genre de réflexions à un-e de leurs proches afin de les faire réagir, de s'identifier (Hollaback reconnaît par ailleurs ne pas apprécier avoir recours à ce genre d'identification pour faire prendre conscience aux harceleurs qu'ils s'adressent à des êtres humains, mais ce sont ces affiches-là qui ont eu le plus d'impact sur les gens quand ils leur ont montré plusieurs projets). Sur son site, le collectif explique sa démarche :

« Dans un monde parfait, nous n'aurions pas besoin d'une campagne publicitaire parlant d'améliorer la façon dont nous nous traitons les uns les autres. Dans un monde parfait, nous nous évaluerions comme des êtres humains, sans tenir compte de nos différences, que l'on puisse ou pas se comparer à l'autre sur autre chose que le fait que nous sommes tous des êtres humains. Dans un monde parfait, la culture du viol n'existe pas. Malheureusement, nous ne vivons pas dans un monde parfait. Nous vivons dans un monde qui a besoin (et qui, pourtant, lutte souvent explicitement contre) de campagnes expliquant ce que beaucoup de femmes et de personnes LGBT vivent quotidiennement. À ce titre, nous avons élaboré une série de publicités qui implique les autres et les inclut dans la conversation, les rend plus conscients et équipés pour résister à la culture du viol. »
Hollaback incite par ailleurs les internautes à commenter leurs visuels, à engager la discussion comme on peut par exemple le voir en légende de chaque photo postée sur leur page Facebook. En ce sens, leur action n'est pas qu'imposée, elle est amenée à être débattue, ce qui permettra de l'améliorer si besoin et à amener toutes les personnes qui en prendront connaissance à réfléchir sur le phénomène.

Une bonne initiative équivoque, simple et qui ne prend personne pour des idiot-e-s. Aimerais-tu que cette campagne soit reproduite en France ou penses-tu que des affiches ne sont pas le bon moyen de lutter contre le harcèlement de rue ?

- via

Partage sur les réseaux sociaux & viens réagir sur le forum !

Je ne suis pas celleque vous croyez

Identifie-toi pour accéder à tes infos...
Tu es nouvelle ?
Rejoins-nous, on t'aime déjà !

Inscris-toi !

Plein plein plein de choses à voir et à dire ? Viens donc, clique, bouge ta souris, ça ne coute rien et c'est merveilleux.

S'inscrire

Connecte-toi !

La phrase des fois con, des fois pas

"Je vois pas pourquoi vous m'appelez, parce que j'ai pas le téléphone."

Propose la tienne

 

madmoiZelle est une marque déposée. madmoiZelle, un magazine qu'on pourrait croire qu'il s'écrit mademoiselle, mais en fait, non. © 2005-2012 ALJ AGENCY / Site by Colorz